Explication de vote de Jean-Marie LE PEN au Parlement européen de Strasbourg

Rapport Agustín Díaz de Mera García Consuegra sur la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil modifiant le règlement (CE) n° 377/2004 du Conseil relatif à la Création d'un réseau d'officiers de liaison « Immigration »

Posté le 14 décembre 2010 

L'échange des meilleures pratiques entre les services de police de différents pays sont parfois nécessaires et leurs objectifs louables. Rappelons tout de même que la coopération policière internationale existait déjà au XIXème siècle, bien avant la construction européenne. Ce rapport nous propose, dans le cadre de Frontex (Agence européenne aux frontières extérieures des États membres) d'améliorer l'échange d'informations sur les flux migratoires illégaux, l'immigration clandestines et le retour de personnes en séjour irrégulier incluant l'instauration de réseaux d'officiers de liaison « Immigration ».

On pourrait se réjouir de cette énième initiative, souhaitée par la majorité des citoyens d'Europe, si les objectifs visaient réellement à freiner l'immigration de façon spectaculaire. Or la réalité est tout autre et le fruit du travail de cette agence, comme les mesures prises au niveau du gouvernement des nations, est un échec. La France et l'Europe sont submergées par l'immigration. Près de 900.000 illégaux entrent en Europe chaque année selon un chiffre « officiel » de l'Union européenne. Alors que les clandestins ne sont pas renvoyés dans leur pays d'origine, ni même les étrangers criminels, on est en droit de se demander en quoi ces énièmes dispositions pourraient inverser les flux migratoires sans un réel courage politique suivi des faits.

PACA : Nouveau déni de démocratie au Conseil Régional


Posté le 13 décembre 2010

Communiqué de Presse de Jean-Marie LE PEN, Président du Groupe Front National au Conseil Régional de PACA :

En dépit de deux jugements rendus par le Tribunal Administratif de Marseille, l'un du 2 novembre 2005, sanctionnant l'exécutif régional pour avoir évincé du comité de pilotage du suivi du contrat Etat-Région, le second jugement en date du 30 novembre 2010, annulant la délibération du Conseil régional du 29 avril 2010 au motif d'une irrégularité procédurale de la part de l'exécutif régional conçue dans le but d'écarter les candidats Conseillers régionaux Front National des différents postes dans les Organismes Extérieurs de la Région, Monsieur le Président du Conseil Régional lors de la séance plénière du 10 décembre 2010 a refusé tout consensus visant à permettre à un élu du FN de siéger dans des Organismes Extérieurs de la Région.
Au contraire, le Président du Conseil Régional en la personne de M. Allemand, a organisé une élection à bulletin secret sur une base de 9 candidats pour 8 postes à pourvoir.

Cette procédure devait entrainer selon la volonté de l'exécutif régional la non-élection du candidat du Front National.

Le Président du Front National, Jean-Marie Le Pen, tient à rappeler que le pluralisme dans cette assemblée délibérante élue au suffrage universel a valeur constitutionnelle.

Face à ce déni de démocratie, le Président du Front National, Jean-Marie Le Pen a pris la décision d'inviter les élus du groupe Front National à quitter la séance plénière à titre de protestation solennelle.

Sur les composantes en droit civil, droit commercial, droit de la famile et droit international privé du plan d'action mettant en oeuvre le programme de Stockholm


Posté le 23 novembre 2010 

Explication de vote de Marine LE PEN au Parlement Européen de Strasbourg :

Le programme de Stockholm 2010-2015, sous l'angle de la coopération au sein de l'espace de liberté, de sécurité et de justice (ELJS), pose en réalité les jalons à venir de la suprématie européenne dans de nombreux domaines afin de lever tout ce qui fait encore obstacle à la « libre circulation » entre les états membres de l'Union. Qu'il s'agisse des droits fondamentaux, de la vie privée, du droit des minorités, de la « citoyenneté de l'Union européenne » et de la politique d'asile et d'immigration, cet ensemble fourre-tout sert en fait de prétexte pour flatter l'ambition fédéraliste du super état bureaucratique européen

J'affirme que le droit et la loi ainsi que l'ensemble des us et coutumes forment une part fondamentale de l'âme et de l'identité d'un peuple et d'une Nation souveraine. Soutenir l'idée d'une harmonisation européenne confuse, notamment en matière de droit civil et de la famille, reviendrait à nier les sacrifices accomplis et les acquis obtenus au fur et à mesure des siècles. Bénéficiant encore, pour l'instant, des standards parmi les plus élevés au monde en matière de droit et de protection sociale, ce n'est pas la France qui profitera d'un quelconque progrès en demeurant la victime de l'obstination européiste, mondialiste et ultra libérale.

Sur la proposition de règlement au Conseil relatif aux aides d'Etat destinées à faciliter la fermeture des mines de charbon qui ne sont pas compétitives


Posté le 23 novembre 2010

Réflexions faites par Jean-Marie LE PEN à Mme BOUTIN lors de son invitation à la commission « justice sociale et mondialisation ».

Explication de vote de Jean-Marie Le Pen

Les européistes veulent accompagner la fermeture des dernières mines de charbon en Europe par le moyen d'aides d'État à court terme. Alors que l'Allemagne et la Roumanie tirent plus de 40 % de leur électricité de la combustion du charbon, ce sont plus de 100.000 personnes qui seront sacrifiées sur l'autel du l'ultra libéralisme au prétexte de la concurrence non faussée et du politiquement correct vert qui veut nous faire produire de l'électricité avec du vent. Se cherchant des énergies « renouvelables », ces pays devront sans doute remplacer le charbon en achetant de l'électricité nucléaire à leurs voisins.

Ancien mineur moi-même, c'est non sans une certaine émotion que je me rappelle au souvenir de toutes ces mines de charbon françaises et européennes fermées dans la douleur et laissant des régions entières à l'abandon. Régions devenues alors des déserts économiques et sociaux et qui souvent ne s'en sont pas remises. Je ne peux ainsi constater hélas que, dans ce domaine comme dans tant d'autres, l'Europe de Bruxelles n'aura pas voulu protéger nos industries et donc nos emplois préférant gaspiller des fortunes colossales dans des projets mondialistes si éloignés des problèmes de nos concitoyens.
    

Jean-Richard Sulzer monte au créneau contre le budget de la Région Nord Pas-de-Calais


Posté le 22 novembre 2010

Intervention de Jean-Richard Sulzer, Groupe Front National

Débat d'orientation budgétaire

Monsieur le Président,

Monsieur le 1er Vice-président,

Chers collègues,

Ce qui nous a frappés, c'est la structure de notre dette. Vous vous endettez beaucoup, vite et mal.

En effet, selon la dangerosité, la charte de bonne conduite des collectivités locales emprunteuses, charte reprise dans la circulaire du 25 juin 2010, vous oblige désormais à nous signaler toute dette toxique ou tout le moins risquée, avec une classification rigoureuse (1 C, 3 B, etc..).

Et là, nous avons été surpris des tableaux (identiques) pages 22 et 86 du fascicule « Éléments d'information sur le débat d'orientations budgétaires ».

En effet, nous avons découvert deux anomalies dans ces tableaux :

  • la première, c'est l'existence d'un emprunt à formule ou à pente, C'est-à-dire une dette toxique, pure, pour 23,2 M€, soit. 1,39 % de notre endettement. Ce n'est pas grave. Nous ne sommes ni dans le 93 ni dans la C.U.D.L., mais il eut été plus simple de nous l'avouer tout de suite. Il y a un emprunt toxique à barrière, et un seul, classé 3 B.

  • la seconde constatation est de plus ample importance ! (toujours en page 86). Il existe 4 emprunts (160,5 M€, soit 9,59 % de la dette) qui sont aberrants. Il s'agit d'emprunts classés 3 C, notés comme des emprunts à taux fixe dans vos tableaux annexes réglementaires, mais qui peuvent passer en taux variable au gré du banquier. C'est rigoureusement aberrant. D'habitude, c'est une option (passage à taux variable) offerte à l'emprunteur.


Au total (page 86), il existe 243,5M€ d'emprunts toxiques ou risqués. C'est donc une clause aberrante et léonine, que vous n'accepteriez pas vous-même, si vous effectuiez un emprunt. Or, les taux fixes sont historiquement bas sur les marchés financiers, mais je vous rappelle qu'en 1983, les taux fixes des collectivités locales étaient montés à 14 %. Donc, emprunter à taux variable, même avec une couverture partielle est à ce jour rigoureusement aberrant (si en cas de remontée d'inflation ou de tension sur les taux à court terme). C'est pourtant ce que vous avez fait, et ce que vous vous préparez à faire, à vous lire page 88.

Je trouve que vous marchez sur les mains.

Quatre brèves remarques pour terminer :

1/ Votre dette a cru très vite de 243 €/ habitant à 372 €/habitant, soit quand-même + 57 % en valeur absolue entre 2002 et le 1/1/2010. Vous vous endettez vite et vous vous endettez mal.

Vous êtes donc passé très au-dessus de la moyenne de la moyenne nationale, qui est de 216,1 €/ habitant (métropole hors Ile de France).

Vous êtes à 172,22 %, c'est-à-dire 72,22 % au-dessus du taux moyen, c'est assez grave.

Vous avez perdu ce levier, alors que le levier fiscal s'est évaporé.

2/ Deuxième remarque, votre dette est longue (25 à 30 ans). Votre dernier emprunt DEXIA est à échéance le 15/12/2034 (ou 2035).

Nous verrons la dette actuelle s'éteindre depuis notre maison de retraite.

3/ Troisième remarque : vous envisagez à nouveau de mobiliser l'épargne régionale par un emprunt obligataire nouveau. Je vous mets en garde contre le coût de publicité d'un emprunt public (réglementation AMF) et, j'estimerais prudent de passer par un emprunt privé (formalités allégées).

4/ Quatrième remarque, on la trouve page 96 du rapport. Vous vous attribuez le mérite d'une réforme décidée le 2 avril 2009 par le G20, mais proposée ici-même par un amendement du Front National déposé le 24 juin, délibération 31 758.

C'est une règle d'éthique vis-à-vis de nos partenaires financiers, qui possèderaient des filiales dans des états non coopératifs, C'est-à-dire des paradis fiscaux.

Sur ce point précis, le groupe FN Rassemblement Nord-Pas de Calais a été victime d'un plagiat, chapardage suivi d'une galéjade. Vous nous avez en effet expliqué que notre amendement n'avait pas de raison d'être car une délibération dans ce sens avait déjà été prise par l'Exécutif et sa majorité. C'est faux (c'était mensonger). On nous a promis copie de cet arrêté ou de cette délibération. Nous attendons depuis 4 mois. Et nous risquons d'attendre indéfiniment. En effet, aucune décision de ce type n'a été enregistrée en Préfecture de Région au contrôle de légalité.

Marine LE PEN dénonce une subvention régionale à une boucherie hallal 


Posté le 11 Novembre 2010

Commission permanente du Conseil régional du Nord-Pas de Calais - séance du 8 novembre 2010

Marine Le Pen s'émeut d'une délibération visant à accorder une subvention régionale à une prospère boucherie hallal de Carvin (commune jouxtant Hénin-Beaumont), "la plus grande boucherie du Nord-Pas de Calais". L'échange étant des plus savoureux - et les socialistes des plus veules, leur lâcheté n'étant toutefois rien à côté de celle de l'UMP - la vidéo propose le débat dans son intégralité, notamment les deux interventions de Marine et celle de son collègue Jean-Richard Sulzer.

                                   
08-11-10 - Marine Le Pen sur une aide à une boucherie hallal
envoyé par FN-Nord-Pas-de-Calais. - L'info video en direct. 

Conseil régional de PACA : Intervention de Jean-Marie LE PEN le 22 Octobre 2010


Posté le 28 octobre 2010

                                   
Assemblée plénière PACA JM Le Pen 22/10/10
envoyé par bucch. - L'actualité du moment en vidéo. 

Marine LE PEN et les "élus en chemise à fleur"

Posté le 27 octobre 2010

Séance plénière du Conseil régional du Nord-Pas de Calais du 8 octobre 2010 :

Le groupe Majorité présidentielle (UMP et alliés) a déposé une motion d'urgence proposant que les élus paient une (très modeste) participation aux frais engendrés par leurs déplacements hors de France.

Marine Le Pen prend la parole pour dénoncer la démagogie et l'illogisme d'une telle proposition, et plus généralement de cette mode des « élus en chemise à fleur » (élus qui ne manquent jamais un déplacement aux frais de la princesse, pour d'incertaines missions dans des endroits toujours accueillants). S'en suivra une passe d'arme entre MM. Rappeneau (président du groupe Majorité présidentielle) et Percheron, le second accusant le premier d'avoir ouvert la « boîte à Pandore » (sic) en proposant une mesure populiste.

                                   
08/10/10- 6 - Marine Le Pen et les "élus en chemise à fleur"
envoyé par FN-Nord-Pas-de-Calais. - L'actualité du moment en vidéo. 

CONTRAT DE PROJETS ETAT/REGION : EXPLICATION DE VOTE DE DAVID RACHLINE


Intervention de David Rachline lors de la séance plénière du Conseil régional de PACA, du 22 octobre 2010

Monsieur le Président, chers collègues,

Nous prenons acte du présent bilan que vous nous avez transmis, mais nous souhaitons quand même y ajouter un certain nombre de remarques.

Somme toute ce bilan est celui de l'action conjointe de votre majorité et de celle de l'état Sarkozyste sur une série de dossiers. Certains sont louables et semblent avancer correctement, d'autres, assez nombreux méritent qu'on s'y arrête un instant.

Pour nous intéresser, nous, aux effets de vos politiques sur la population, nous nous rendons bien compte qu'au-delà des bilans, des commissions, des études, et surtout des auto satisfécit, les habitants de notre région, eux, vivent des situations bien différentes que celles de tous ces rapports.
Quelques exemples :

Près de 40 millions d'euros pour l'ensemble du volet ferroviaire, problème sur lequel mon Camarade Boccaletti vous a donné notre avis tout à l'heure. Je n'y reviens donc pas. L'échec de votre politique en la matière a été disséqué pendant toute la campagne régionale…. et le sera encore probablement lors de celle à venir.

L'Etat et vous, accompagnez aussi les démarches de développement durable, terme pompeux ne signifiant au final pas grand-chose, si ce n'est votre soumission au lobby vert, en toute hypocrisie bien sûr, puisque jamais la société libérale que vous défendez tous ici n'a été aussi polluante. Produisant toujours plus loin, consommant en France, et retraitant là encore toujours plus loin, là où les peuples n'ont pas le droit à la parole qui leur a été confisquée par les multinationales qui les exploitent pour leur plus grand profit sans que vous ne vous y soyez vraiment opposés.

Le volet aménagement du territoire vaut aussi le coup d'œil. Vous faites la part belle à la métropolisation, elle aussi souhaitée par la nomenklatura des grandes entreprises, souvent étrangères, dont l'objectif avoué est le centralisme commercial, marche pied de la société consumériste et de l'uniformisation que vous nous imposez.

Bien sûr, dans vos exécutifs respectifs, état et région, pas un rapport sans un minimum d'allégeance au détestable politiquement correct et à l'idéologie de l'antiracisme. M. Dray, concepteur et animateur de l'antiracisme primaire ces 30 dernières années et amateur de montres de luxe sera content de vous. Vous financez des projets dont d'ailleurs nous n'avons ni le détail ni les montants pour lutter contre les discriminations, en réalité pour faire la promotion de la préférence étrangère contre les travailleurs français que vous méprisez royalement. Heureusement le peuple français s'en est rendu compte, les résultats électoraux du Parti Communiste le démontrent.

Et puisque vous n'êtes pas à une contradiction près, vous nous parlez aussi de la politique de l'installation des jeunes agriculteurs. Jeunes agriculteurs et agriculture que les super structures européennes que les euro socialistes ont mises en place ont contribué à faire disparaître.

En effet, du fait de nos identités et traditions locales différentes, du fait des nuances profondes en termes de pratiques et besoins des différents univers économiques et sociologiques des paysans de nos régions il est urgent que soit remis en question ce qui a été fait par les européistes. Une politique qui a échoué et aggravé la désertification rurale, le quasi monopole et les pratiques déloyales des grands distributeurs et acheteurs, les différentes formes de spéculation qui ruinent nos paysans.

S'il est plus que nécessaire de soutenir les agriculteurs pour leur permettre d'avoir des revenus équitables au sein d'une chaîne d'approvisionnement alimentaire à la fois sécurisée, plus performante et de qualité, le bons sens voudrait aussi que cela soit fait au niveau national. Nous devons renationaliser la PAC et non renforcer les logiques libérales et mondialistes de la Commission européenne, ce que vous faites via votre politique régionale soumise à ces règles.

Vous faites aussi la promotion de la qualité de vie sur le littoral avec toute une série de projets dont le degré de technicité n'à d'égal que le degré de bétonnage auquel est arrivé notre belle côté d'azur, probablement grâce à vos politiques de préservation de nos côtes.

Bref, dans ce bilan d'exécution nous retrouvons un concentré du pire des orientations du PS et du pire des orientations de l'UMP. Comme le réclame votre rapport nous en prenons acte avec une profonde tristesse.

Explication de vote de Jean-Marie LE PEN au Parlement Européen :


Posté le 19 octobre 2010

(Rapporteur du rapport : Thomsen Britta A7-0264/2010 – Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres (FEMM))

Dans le cadre des travaux liés à la commission parlementaire sur les droits de la femme, le rapport de la socialiste Britta Thomsen se veut généreux en terme de progrès social. Mais comme d'habitude, ce type de rapport est truffé de propositions « fourre-tout » assez floues, voire inacceptables, avec en fond une forte connotation gauchiste, écologiste et immigrationniste.

Il n'est pas possible de considérer par exemple qu'il faille permettre de soutenir l'installation des « migrantes » quand de surcroît il n'est pas réellement précisé si celles-ci sont légales ou illégales. S'il est vrai que ces femmes, ou ces hommes, sont les premières victimes de la mondialisation et du néo esclavagisme ultra libéral, la solution pour leur éviter de tomber dans bien d'horribles pièges (mauvais traitements, violences ou abus sexuels) réside d'abord dans le fait de leur permettre de rester dans leur pays d'origine.

A cet effet, il faut que la politique d'immigration s'inverse pour permettre à ces populations tentées par l'exil économique à demeurer chez elles, par la redéfinition d'une aide internationale contraignante permettant une stabilisation politico-économique de ces pays.

Intervention de Marine LE PEN devant les professionnels du Bâtiment - Délégation de l'Union Européenne des entrepreneurs de plâtrerie


Posté le 15 octobre 2010

Parlement européen de Bruxelles, mercredi 14 octobre 2010

Madame, Monsieur,

Si je suis ravie de vous accueillir en tant que député français au Parlement européen c'est bien parce que mon engagement politique, à la fois national et européen, m'amène à être informée de façon précise quant à la situation de tel ou tel secteur socio-économique.

Vos corps de métiers sont très importants à ce titre, ne serait-ce qu'au regard du marché du travail, du savoir faire, de l'avenir. Nous devons protéger ces secteurs d'excellence.

Par ce petit mot de bienvenue permettez que je vous donne quelques points qui me semblent importants en ce domaine.

Tout d'abord, je souhaite exprimer mon attachement aux petites et moyennes entreprises et au travail non délocalisable.

Voyez les dégâts de la mondialisation ! A ce sujet ne devrait-on pas se poser la question de la préférence communautaire et pour laquelle je suis très favorable ? D'ailleurs notre prix Nobel d'économie français, Maurice Allais, malheureusement décédé récemment, militait fortement en ce sens. Il ne fut pas écouté.

Il faut aussi nous mobiliser pour le maintien de la TVA à taux réduit. Beaucoup de promesses ont été faites en ce sens. Là aussi, la pression doit se maintenir. Ceci est crucial pour votre secteur. Mais pas seulement et je reste persuadée qu'il faut militer pour un allègement des charges des entreprises et surtout des PME afin qu'elles puissent rester compétitives et embaucher. Aussi parce qu'il y a eu une aggravation de la concurrence liée à l'élargissement aux pays d'Europe de l'Est ou bien du fait des effets dévastateurs de la mondialisation liés aux pays d'Asie ou d'ailleurs. En faire le détail, devant des professionnels tels que vous, n'est pas nécessaire.

Pour cela, nous sommes évidemment hostiles au dumping économique et social, véritable fléau dans vos métiers, et résolument contre le travail au noir. Car il nous faut lutter contre ceux qui sans scrupules sont devenus ces négriers des temps modernes. Des cyniques qui cassent les prix en exploitant par exemple des polonais ou des estoniens tout en faisant pression à la baisse sur les salaires de nos compatriotes.

Plus précisément et afin de lutter contre ces problèmes je suis évidemment attachée à la qualification des entreprises et du personnel. D'ou l'importance de l'apprentissage et de la transmission du savoir validés par des diplômes reconnus et de grande qualité avec à la clé une carte d'identité professionnelle qui limiterait de nombreux abus.

Sous le prisme de l'équité, je suis favorable aussi à ce que les entreprises de spécialité aient aussi accès à la commande publique et que les grands groupes ne soient pas systématiquement favorisés. Et ce point concerne bien d'autres secteurs, voyez les problèmes liés à la grande distribution pour l'Agriculture. Je suis aussi vigilante quant à l'accès à la commande publique d'entreprises dûment qualifiées et respectant leurs obligations fiscales et sociales car il nous faut des garde-fous.

Je suis consciente des différences entre les pays européens et je pense que ces différences ont vocation à perdurer, notamment pour des pays d'excellence comme les pays d'Europe occidentale, notre vieille Europe si décriée aujourd'hui et pourtant à la pointe du savoir au niveau mondial. A ce sujet, je crois que les chercheurs et entrepreneurs innovants ne sont pas assez soutenus.

Il faut aussi une relation équilibrée entre les industriels et les entrepreneurs. Notamment en terme de responsabilité. La responsabilité doit être partagée par exemple sur les produits et matières premières. Pensons à l'environnement, aux polluants, dont les biocides. Nous pourrions dire aux industriels : – « Mettez sur le marché des produits qui ne soient pas à risque pour nos compagnons et les futurs utilisateurs du bâtiment ».

Enfin permettez-moi de terminer sur une interrogation. A l'instar du modèle américain, y a-t-il l'utilité d'un modèle équivalent au « Small Business Act » tel que le « Small and medium-sized Enterprise (SMEs) » adopté en 2008 ? C'est une question qu'il faut se poser et pour laquelle j'aimerais d'ailleurs avoir votre avis.

Intervention de Bruno GOLLNISCH au Parlement Européen


Posté le 7 octobre 2010 

Intervention de Bruno GOLLNISCH au Parlement Européen :
Au sujet de la Journée mondiale contre la peine de mort – 06/10/2010

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Pour la huitième édition de la journée mondiale contre la peine de mort, j'aurai une pensée émue pour tous ceux à qui elle n'a pas été épargnée.

Pour les 200.000 enfants à naître innocents que l'on fait disparaître chaque année en France.

Pour Anne Mougel, cette jeune femme de 29 ans assassinée il y a quelques semaines à coup de tournevis par un récidiviste.

Pour ce gamin de 4 ans égorgé il y a dix jours à Meyzieu près de chez moi.

Pour ce vieil homme poignardé en janvier à Roquebrune par un homme qui avait déjà été poursuivi pour des agressions au couteau.

Pour les 6 à 700 innocents assassinés chaque année en France et combien de milliers d'autres en Europe et dans le monde.

Pour Marie-Christine Hodeau, Nelly Crémel, Anne-Lorraine Schmitt, et tant de leurs semblables dont le seul tort a été de croiser un jour la route d'un criminel que souvent la loi avait permis de libérer après un premier crime odieux.

Pour les victimes de tous les Dutroux, les Evrard et les Fourniret dont la vie, si elles ne l'ont pas perdue, a été saccagée.

Pour les morts de Londres, de Madrid et d'ailleurs victimes du terrorisme aveugle.

Je pense à eux parce que pour les victimes, on n'organise pas de journée mondiale. Mais souvent les bourreaux, eux, méritent la peine de mort.

Dans un Etat de droit, et là seulement, la peine de mort n'est pas un crime d'Etat. Elle permet de protéger définitivement la société et la population contre ces criminels dont c'est aussi, parfois, la seule voie de rédemption.

07.10.2010 - Explication de vote de Marine LE PEN - Rapport FAJON A7-0256/2010


Sur la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil modifiant le règlement (CE) n° 539/2001 fixant la liste des pays tiers dont les ressortissants sont soumis à l'obligation de visa pour franchir les frontières extérieures des États membres et la liste de ceux dont les ressortissants sont exemptés de cette obligation :

Une note d'Europol, Eurojust et Frontex a estimé à 900.000 le nombre de clandestins entrant dans l'Union européenne. Document qui qualifie les clandestins en provenance des Balkans comme ayant un fort potentiel criminogène sous l'angle de la drogue, des armes et du trafic d'êtres humains. Alors que nombre de ces pays demeurent fortement instables pour des raisons à la fois géopolitiques, religieuses voire ethniques, le rapport de la socialiste Tanja Fajon nous propose rien moins que d'abolir le régime des visas pour tous les pays des Balkans occidentaux.

Outre que ce passe-droit irait à l'encontre des accords de Schengen et des principes même du fonctionnement et du mécanisme d'adhésion à l'Union européenne, il n'est pas question selon-moi de permettre la libre circulation à des pays tels que la Bosnie-Herzégovine ou l'Albanie. L'invocation de ce « droit fondamental » n'est en réalité qu'une utopie « fourre-tout ». L'Union européenne fait déjà face à une immigration massive et incontrôlée qui détériore profondément l'identité et le niveau économique et social des Nations qui la composent. Plaidons au contraire pour un droit fondamental des peuples à garder le contrôle de leurs frontières et à décider souverainement de qui peut ou ne peut pas entrer sur leurs territoires.